Avenue Kléber

Dans sa forme actuelle, cette avenue est née en 1864 de la fusion de l’artère créée entre la place de l’Etoile et la rue de Presbourg et des anciens boulevards et chemins de ronde du mur des Fermiers Généraux. Ceux-ci portaient les noms de boulevards de Passy et de Longchamp et de chemins de ronde des Bassins et de Longchamp. La nouvelle avenue reçut le nom du Roi de Rome avant d’adopter en 1879 celui du général Jean-Baptiste Kléber.
Né le 9 mars 1753 à Strasbourg, Kléber, est un de ces jeunes généraux français qui se sont illustrés lors des guerres de la Révolution, notamment à la bataille de Fleurus. Pacificateur de la Vendée et général en chef des troupes napoléoniennes en Égypte, il fut assassiné le 14 juin 1800 au Caire. Ses restes, rapportés à Marseille, étaient oubliés dans le château d'If, lorsque Louis XVIII ordonna, en 1818, qu'ils fussent transférés dans sa ville natale où ils reposent dans un caveau construit au milieu de la place d'armes.
Histoire de l'Avenue Kléber à Paris XVIe

Avenue Léopold II

Histoire de l'avenue Léopold II, Paris 16 Cette avenue a été tracée en 1928 sur les terrains de l’ancien couvent de l’Assomption. Ce couvent avait lui-même succédé au Château de la Tuilerie, un ancien rendez-vous de chasse où François 1er aimait se rendre pour chasser dans le Bois de Boulogne.
A sa création, l’avenue reçut le nom du deuxième roi des Belges qui possédait sa propre colonie privée, l’état indépendant du Congo, dont il fit don à la Belgique à la fin de sa vie.

Avenue Louis Barthou

Cette avenue, qui faisait partie de l’avenue du Maréchal Fayolle créée en 1931, reçut le nom de Louis Barthou en 1936.

Louis Barthou (1862-1934) est surtout passé à la postérité par sa mort à Marseille en 1934 aux côtés du Roi Alexandre de Yougoslavie dans un attentat perpétré par le révolutionnaire Vlado Tchernozemski, membre du mouvement révolutionnaire Oustachi.

Mais Louis Barthou demeure également un des hommes politiques qui ont marqué la III° République. Député de 1889 à 1922, date à laquelle il est entré au Sénat, ministre à 32 ans, président du Conseil en 1913, tout au long de sa carrière il occupa les postes ministériels les plus importants. Il était ministre des Affaires Etrangères lors de l’attentat de Marseille.

Avenue Marceau

Histoire de l'avenue Marceau Cette avenue constitue une frontière entre le VIIIe (côté pair) et le XVIIe (côté impair). Elle fut créée, entre 1854 et 1858, de la place de l’Etoile à l’avenue du Président-Wilson sous le nom de Joséphine en faisant disparaître l’impasse des Blanchisseuses et une partie des rues Georges Bizet, Newton et Képler. C’est en 1879 qu’elle devint avenue Marceau du nom du Général Desgraviers-Marceau.
François-Séverin Desgraviers-Marceau, né le 1er mars 1769 à Chartres, fut nommé général de brigade à 24 ans. Célèbre pour sa bravoure au combat mais aussi par son humanité pour les ennemis, il est mort, le 21 septembre 1796 à Altenkirchen (Rhénanie-Palatinat).

Avenue Mozart

Histoire de l'avenue Mozart Cette avenue de plus d’1 km (1 180 m exactement) a été créée en 1867 et baptisée en l’honneur du compositeur allemand. Son percement a détruit la maison où avait été arrêté en 1794 le poète André Chénier. Au 79, ne manquez pas de rendre visite à notre agence.

Avenue Paul Doumer

Histoire de la rue Paul Doumer Cette avenue est assez récente puisque son ouverture ne fut commencée qu’en 1912 pour s’achever en 1933. D’abord baptisée avenue de la Muette, elle reçut son nom actuel en 1932, juste après la mort du Président de la République. Grand homme d’Etat, Paul Doumer fut gouverneur général de l’Indochine de 1897 à 1902 où il conçut la structure coloniale de ce pays. Elu Président de la République le 13 mai 1931, il fut victime d’un attentat le 6 mai 1932 à Paris commis par un émigré russe, Paul Gorgulov. Il mourut des suites de ses blessures le lendemain.

Avenue Raymond Poincaré

Histoire de l'Avenue Raymond Poincaré, Paris 16 Encore un Président de la République pour cette avenue née de la scission de l’Avenue Malakoff en 1936. Ce lorrain, qui avait été traumatisé par l’invasion prussienne alors qu’il avait 10 ans, allait gravir très rapidement toutes les marches de l’Etat jusqu’à la Présidence de la République en 1913, poste qu’il conserva jusqu’en 1920. Pendant la guerre, il devait illustrer l’unité de la nation, appelant à « l’union sacrée de tous les français ». Après avoir quitté la présidence, il fut rappelé à la Présidence du Conseil et c’est ainsi que, pour sauver la monnaie, stimuler les exportations et réduire les dettes de l’Etat, il stabilisa le franc au cinquième de sa valeur de 1914. Le franc Poincaré avait effacé le franc Germinal.

Avenue Victor-Hugo

Cette avenue fut créée lors de l’aménagement de la plaine de Passy en 1825 sous le nom de Charles-X jusqu’en 1830 avant de prendre le nom d’avenue de Saint-Cloud. Appellation qui fut remplacée par avenue d’Eylau en 1864 avant de devenir avenue Victor Hugo en 1881 du vivant du poète, le lendemain du soixante-dix-neuvième anniversaire du grand homme qui allait mourir cinq ans plus tard à 83 ans. Il n’est pas nécessaire de présenter cet immense personnage, poète, dramaturge et romancier, qui compte parmi les plus grands écrivains de langue française. Mais Victor Hugo fut aussi une personnalité politique majeure du XIXe siècle qui connut vingt ans d’exil pendant le Second Empire du fait de son opposition farouche à Napoléon III.

 

Histoire de l'Avenue Victor-Hugo, Paris 16

Boulevard André Maurois

André MauroisCette artère, appelée autrefois avenue des Erables, était rattachée à Neuilly jusqu’à ce qu’elle soit annexée à Paris en 1929. Cette partie du boulevard Maillot reçut le nom d’André Maurois peu après la mort de l’académicien en 1967.

L’écrivain André Maurois, Emile Salomon Wilheim Herzog de son vrai nom, était le fils d’un industriel alsacien qui avait choisi, en 1871, de transporter ses usines à Elbeuf pour rester français.

C’est au lycée de Rouen que le jeune Herzog fut l’élève du philosophe Alain. Anglophone et angliciste, il servit pendant la guerre de 14-18 comme officier de liaison auprès de l’armée britannique. Une expérience dont il tira deux romans humoristiques : Les silences du colonel Bramble et Les discours du docteur O’Grady.

Après la guerre, André Maurois produit une œuvre considérable : romans, essais et biographies, un genre dans lequel il excellait.
Entré à l’Académie Française en 1938, il y siégea près de 30 ans.

Boulevard Beauséjour

La création de ce boulevard, en 1853, est concomitante de la construction du chemin de fer d’Auteuil. Il remplace un chemin de ronde du Bois de Boulogne, la route de ronde à Auteuil.
Il tire son nom du parc de Beauséjour qui fut coupé en deux par la création de l’Avenue Mozart en 1867. Ce parc magnifiquement arboré comptait quelques maisons discrètes. Parmi les hôtes illustres de ces pavillons, on peut citer Le Père Lachaise, Madame de Récamier, Chateaubriand tout occupé à ses Mémoires et Rossini qui y donnait des soirées musicales.