Rue Raffaëlli

Jean-François Raffaëlli

Ce boulevard, créée à l’emplacement du bastion 64, un des ”fortifs” de l’enceinte Thiers, reçut en 1930 son appellation actuelle. Jean-François Raffaëlli (1850-1924) s’est surtout consacré à la peinture des ouvriers ou des pauvres de la banlieue parisienne tels que le Chiffonnier, 1879, dans des œuvres naturalistes qu'il définit lui-même comme “portraits types de gens du peuple”. Il a caractérisé volontairement l'être humain : les Déclassés ou les Buveurs d'absinthe, 1881. Proche des impressionnistes, surtout de Degas, il participa très largement à leurs expositions en 1880 (40 œuvres) et 1881 (33 œuvres). Il fut aussi le paysagiste des faubourgs, évoquant avec simplicité une rue enneigée, un jardinet, un mur d'usine ou un réverbère sous la pluie. Caricaturiste âpre et illustrateur de talent (Types de Paris, 1889) il exécuta également des eaux-fortes raffinées.