Place Léon Deubel

Située au carrefour de la rue Gudin et de la rue Le Marois, cette petite place toute proche de la Porte de Saint-Cloud, est demeurée davantage un carrefour aménagé qu’une véritable place. Elle réunit pourtant plusieurs restaurants dont Les Caves Angevines, très appréciées des amateurs de bars à vins. C’est en 1930 que ce carrefour devint la place Léon Deubel (1879-1913).

Ce belfortain avait été destiné par ses parents au commerce dans l’épicerie de luxe mais il se révolta très tôt contre ce choix parental pour se consacrer à la poésie. Avec Rimbaud et Verlaine, plus tragiquement qu'eux encore, Léon Deubel reste un poète maudit. Il se suicida en effet le 12 juin 1913, à Maisons-Alfort, en se jetant dans la Marne  après avoir brûlé ses œuvres. Certaines sont cependant passées à la postérité comme Le chant des routes et des déroutes (1901) ou Les Liancolies (1902).