Rue Gustave Courbet

Histoire de laRue Gustave Courbet à Paris XVICette rue, créée en 1882, a reçu le nom de l’immense peintre qu’est Gustave Courbet (1819-1877). Né en Franche-Comté, région à laquelle il restera fidèle, Gustave Courbet a appris à peindre au Louvre et s’est d’abord consacré  en grande partie à une série d’autoportraits où se manifeste sa fierté d’artiste (L’Homme à la ceinture de cuir, 1845). Influencé par les peintres hollandais du XVIIe siècle, Courbet leur a emprunté le réalisme dans la représentation de scènes de la vie quotidienne des paysans de son village natal : Un Enterrement à Ornans déchaîna la critique du Salon de 1850 par l’exaltation de la banalité et de la médiocrité de la vie érigées au rang d’Histoire. Le public a été choqué par la « laideur », voire l’indécence de certains modèles (Les Baigneuses, 1853). Gustave Courbet s’est imposé comme chef de file de la nouvelle école réaliste, mais a su aussi dépeindre un certain onirisme, notamment dans ses paysages (La Vague, 1869), ou une brûlante sensualité (Les Amies, ou L’origine du monde, 1866). Engagé dans la Commune de Paris en 1870, Gustave Courbet a été ensuite emprisonné et condamné à payer de ses deniers la reconstruction de la colonne Vendôme qu’il aurait contribué à abattre. Il dut s’exiler en Suisse où il finit ses jours.